Visite de Venasque

LE BAPTISTERE

 

  

Venez découvrir le baptistère de Venasque, très bel édifice religieux datant du VIème siècle dans sa première construction.
C’est un édifice quadrilobé, en forme de croix grecque, avec des absides en cul de four, un décor d’arcatures aveugles et des colonnes de réemploi antique.
Il est, avec les baptistères de Fréjus, d’Aix en Provence, de Riez et de Poitiers, un des plus vieux édifices religieux de France.
Il se situe sur la place du Presbytère, à gauche de la grande porte de l’église Notre Dame.

 Ouvert tous les jours :

De janvier à avril : 9h15 à 13h et de 14h à 17h

d'avril à octobre : 9h à 13h et de 14h à 18h30

d'octobre à décembre : 9h15 à 13h et de 14h à 17h

Fermeture annuelle : de la 3ème semaine de décembre à la fin de la 1ère semaine de janvier

 

 

 

Tarif des entrées : 3 € / Si plus de 10 personnes : 2 €

Tel : 04.90.66.62.01
Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans

Mail : baptisteredevenasque@orange.fr

 

 

L'Eglise romane

Dédiée à Notre-Dame où se trouve un célèbre tableau
de l'Ecole d'Avignon(1498), une crucifixion.

 

Les Tours Romaines

édifiées contre les invasions des Sarrasins pour protéger
la cité au seul emplacement où elle était vulnérable.

 

Point du Vue

De l'Esplanade devant les Tours, on a une vue splendide sur tout le nord du Comtat, jusqu'à la barrière des Dentelles de Montmirail et du Mont Ventoux (1912m).

En redescendant en direction de Carpentras par la route qui contourne le rocher,on passe devant la petite église (désaffectée) et la pierre levée qui commémorent le saut miraculeux du Cheval de Saint-Siffrein (vérité
historique non confirmée)

 

Le Tableau sauvé du Louvre 

En 1498, le chevalier de Thezan ayant épouse Siffrein, dernière descenddante de la Famille de Venasque commanda à l'Ecole d'Avignon un tableau représentant la crucifixion du Christ.
Il semble que trois peintres l'exécurèrent : une germain, un français et un italien. (Une autre version voudrait que ce soit le curé de l'époque voulant décorer son église qui s'adressa à Innocent VIII).
Toujours est-il que ce chevalier de Thezan figurera sur cette toile sous les traits et surtout la robe d'un chartreux agenouillé.
Ce chef-d'oeuvre fut accroché en bonne place, il y resta presque deux siècles mais, sous Louis XIV, ce primitif considéré comme une vieilleirie fut décroché et empilé avec d'autres rebuts dans un coin de la Tribune. C'est là qu'il fut découvert en 1932 par le chanoine Sautel, oncle du curé de l'époque. Couvert de toile d'araignées, abimé par l'humidité, il était en fort mauvais état, mais le chanoine, amateur d'Art, parvient à le faire restaurer à Paris par les Ateliers spécialisés du Louvre...en 1937 il figurait au Louvre, en place d'honneur d'une exposition sur le thème de la Crucifixion et il ne fut plus question de le renvoyer à Venasque, malgré les réclamations d'un groupe important d'artistes et d'amateurs d'Art qui, en désespoir de cause présentèrent une pétition groupant 700 signatures au député-maire d'Avignon : Edouard Daladier...cela se passait un peu avant d'importantes élections.
Quelques semaines plus tads le tableau regagnait son Eglise où l'on peut l'admirer actuellement.